Comme les ailes d’un oiseau

Bâtiment tertiaire - Courtisois (51)
Bâtiment tertiaire - Courtisois (51)
Bâtiment tertiaire - Courtisois (51)

En Champagne, le Centre de Loisirs de Courtisols affiche une architecture originale. Sa toiture en forme d’ailes d’oiseau et sa façade en plaquettes, dessinée avec soin, en font un bâtiment marquant dans le centre du village.

De centre, Courtisols n’en possède guère justement. Il fait partie de ces villages-rues dont l’implantation toute en longueur serait due à ses premiers habitants, les Huns. S’étendant sur 7 km, il est d’ailleurs le plus long village de France. Pour la commune, il s’agissait donc de construire, à côté de l’église, un bâtiment emblématique des cœurs de ville. D’où son architecture singulière qui affirme son statut d’édifice public.

Une enveloppe protectrice

Construit de plain-pied, le Centre adopte des formes courbes, « comme si deux bras enveloppaient la cour pour rassurer les enfants, précise David Orbach. Côté rue, les murs cintrés donnent l’impression que le bâtiment change de forme ; parfois il semble très long, parfois court. » Pour habiller ces murs, les architectes ont choisi la terre cuite, matériau local qui épouse parfaitement les arrondis. Des plaquettes de type « moulées mains » rappellent les constructions en briques de la région. Et pour donner de la person- nalité à l’édifice, un appareillage soigneusement étudié permet de varier les motifs et les couleurs, donnant un bel effet de moirage. Surmontant l’ensemble, la toiture constitue le cœur du projet. Son relèvement au niveau de l’entrée évoque les ailes d’un oiseau et apporte de la légèreté. Faite de petites tuiles plates à pureau brouillé, elle affiche, elle aussi, un superbe panachage de couleurs.

Pour
résumer

// Programme : Centre de loisirs.

// Maîtrise d’ouvrage : CCSV.

// Maîtrise d’œuvre : Agence Coste Orbach.

// Entreprise de pose : Garnotel.

// SHON : 624 m2.

// Date de livraison : 2012.

// Montant des travaux : 884 266,77 € HT.

// Site : www.coste-orbach.fr

Les projets similaires

Petit pas de deux entre briques et tuiles pour le pôle danse et musique
#Nominé Architendance 2016 Dédié aux arts de la danse et de la musique, cet ensemble s’inscrit dans l’espace sans volonté de rupture. Les tonalités sont en harmonie avec l’environnement. L’approche de l’équipe concernant les enjeux de développement durable est intégrée. Chaque intervenant sur la conception en porte la responsabilité.
voir le projet
+
Maison de Santé
#Grand Prix Spécial du Jury Architendance 2016 #BQ+A Bernard Quirot Architectes et Associés Leçon d’architecture Pour cette maison de santé située au pied de la colline éternelle de Vézelay, les contraintes liées à ce périmètre classé ont fait un naître un ensemble qui réinterprète sur un mode très contemporain les lignes et les couleurs de l’un des plus beaux villages de France.
voir le projet
+
Pôle éducatif
#2ème prix Architendance 2014 #Thierry GHEZA Dans cette toute petite commune, il s’agissait d’inscrire un bâtiment dédié à l’enfance sur un site aux architectures hétérogènes, avec comme impératif un toit en pente légère. « Notre idée a été de créer une liaison visuelle avec le paysage, un mur avec un toit qui fasse signe dans le village » explique l’architecte Thierry Gheza. « Cette insertion a été résolue grâce à l’emploi de tuiles en terre cuite qui apportent un relief et des couleurs modernes ».
voir le projet
+
La forêt faite école
Entouré de grands pins des Landes très élancés, le groupe scolaire semble presqu’enfoncé dans le sol sous les longs pans de ses toits en tuile rouge. L’impression est toute autre à l’intérieur, tant les volumes sont généreux et lumineux sous les rampants de toiture en bois blond. Saint-Aubin-de-Médoc est une commune résidentielle au coeur des Landes Girondines. Avec 2 700 hectares de forêt sur 3500 hectares de superficie totale, elle peut légitimement revendiquer le titre de « Village Nature ». Le choix de la municipalité de localiser le nouveau Groupe scolaire en bordure des 50 hectares de la Plaine des Sports est très judicieux. Ce voisinage permet de mutualiser les équipements. Les limites du terrain n’étaient pas définies de façon rigide et laissaient donc une grande marge de manoeuvre aux architectes. « Quasiment plat, avec une très bonne tenue du sol aux charges et sans présence d’eau, le terrain présentait des caractéristiques physiques et géologiques optimales pour la conception du projet, au profit d’une réflexion libérée sur l’intégration au site et l’usage, au bénéfice des enfants et des habitants de Saint-Aubin-de-Médoc. Bénéfice également financier, tient à souligner Éric Wirth, l’architecte du projet, puisque, l’essentiel de l’investissement a pu être affecté, pour une fois, à ce qui se voit. »v
voir le projet
+