Une cantine au coeur du village

BÂTIMENT TERTIAIRE
Bâtiment tertiaire - Givry (71)
Bâtiment tertiaire - Givry (71)
Bâtiment tertiaire - Givry (71)
Bâtiment tertiaire - Givry (71)

A la rentrée 2012, les élèves de l’école de Givry ont découvert leur nouveau restaurant scolaire. Une construction toute de terre cuite vêtue qui dialogue avec l’architecture traditionnelle du centre bourg.

Une cantine au coeur du village

Dans cette petite localité bourguignonne proche de Chalon-sur-Saône, les effectifs croissants des écoles maternelles et primaires ne permettaient plus d’accueillir convenablement les enfants à la cantine scolaire, un équipement partagé avec le collège communal. Pour répondre aux besoins, la municipalité devait donc ouvrir un nouveau restaurant. Disposant d’une parcelle au centre du village, près des établissements scolaires, elle a confié à l’Atelier Sénéchal-Auclair la réalisation d’un bâtiment pouvant recevoir 199 élèves.

Faire vite et bien

Premier défi pour les architectes : le terrain est situé dans un périmètre protégé au titre des Bâtiments de France. Il fallait donc tenir compte du patrimoine bâti ancien environnant : des maisons en pierre calcaires essentiellement. Autre contrainte majeure : les délais. Retenue en septembre 2010, l’équipe de maîtrise d’œuvre ne disposait que d’une petite année pour réaliser un bâtiment à livrer avant la rentrée scolaire suivante. « Cet impératif nous a conduit à opter pour une solution filière sèche, l’ossature bois, qui permet d’associer qualité et rapidité de mise en œuvre, » explique Eric Auclair.

Cohérence et sobriété

Le fondement du projet architectural consistait à traiter un édifice unitaire couvert d’une toiture à deux pans couverte de tuiles, matériau utilisé également en bardage vertical sur les murs. L’objectif était de créer un bâtiment fort dont la personnalité lui permette de s’affirmer en tant qu’équipement public. Ainsi, la construction instaure un dialogue avec les murs et toitures environnantes du patrimoine bâti ancien qui associent pierre et terre cuite, dans une gamme de couleurs et de matières très sobres.

Autre avantage de cette approche monolithique : un seul corps d’état est intervenu pour réaliser l’enveloppe, ce qui permet de gagner du temps et de garantir la qualité d’exécution.

« L’entreprise de couverture s’est impliquée pleinement dans le projet et a travaillé avec nous pour trouver des astuces permettant de traiter facilement les jonctions entre le toit et le bardage, » précise Eric Auclair. A l’intérieur, le plafond en douglas à claire-voie dynamise l’espace de restauration, qui s’ouvre à l’ouest vers les vignes, avec une ambiance chaleureuse et une acoustique efficace. De quoi donner envie d’aller manger à la cantine !

Pour
résumer

// Programme : restaurant scolaire.

// Maîtrise d’ouvrage : ville de Givry (71).

// Maîtrise d’œuvre : Atelier Sénéchal-Auclair (71).

// Entreprise de pose : Entreprise Mennevaut (01).

// SHON : 300 m2.

// Date de livraison : juillet 2011.

// Montant des travaux : 619 700 € HT.

// Site : www.senechal-auclair.fr

Les projets similaires

Petit pas de deux entre briques et tuiles pour le pôle danse et musique
#Nominé Architendance 2016 Dédié aux arts de la danse et de la musique, cet ensemble s’inscrit dans l’espace sans volonté de rupture. Les tonalités sont en harmonie avec l’environnement. L’approche de l’équipe concernant les enjeux de développement durable est intégrée. Chaque intervenant sur la conception en porte la responsabilité.
voir le projet
+
Maison de Santé
#Grand Prix Spécial du Jury Architendance 2016 #BQ+A Bernard Quirot Architectes et Associés Leçon d’architecture Pour cette maison de santé située au pied de la colline éternelle de Vézelay, les contraintes liées à ce périmètre classé ont fait un naître un ensemble qui réinterprète sur un mode très contemporain les lignes et les couleurs de l’un des plus beaux villages de France.
voir le projet
+
Pôle éducatif
#2ème prix Architendance 2014 #Thierry GHEZA Dans cette toute petite commune, il s’agissait d’inscrire un bâtiment dédié à l’enfance sur un site aux architectures hétérogènes, avec comme impératif un toit en pente légère. « Notre idée a été de créer une liaison visuelle avec le paysage, un mur avec un toit qui fasse signe dans le village » explique l’architecte Thierry Gheza. « Cette insertion a été résolue grâce à l’emploi de tuiles en terre cuite qui apportent un relief et des couleurs modernes ».
voir le projet
+
La forêt faite école
Entouré de grands pins des Landes très élancés, le groupe scolaire semble presqu’enfoncé dans le sol sous les longs pans de ses toits en tuile rouge. L’impression est toute autre à l’intérieur, tant les volumes sont généreux et lumineux sous les rampants de toiture en bois blond. Saint-Aubin-de-Médoc est une commune résidentielle au coeur des Landes Girondines. Avec 2 700 hectares de forêt sur 3500 hectares de superficie totale, elle peut légitimement revendiquer le titre de « Village Nature ». Le choix de la municipalité de localiser le nouveau Groupe scolaire en bordure des 50 hectares de la Plaine des Sports est très judicieux. Ce voisinage permet de mutualiser les équipements. Les limites du terrain n’étaient pas définies de façon rigide et laissaient donc une grande marge de manoeuvre aux architectes. « Quasiment plat, avec une très bonne tenue du sol aux charges et sans présence d’eau, le terrain présentait des caractéristiques physiques et géologiques optimales pour la conception du projet, au profit d’une réflexion libérée sur l’intégration au site et l’usage, au bénéfice des enfants et des habitants de Saint-Aubin-de-Médoc. Bénéfice également financier, tient à souligner Éric Wirth, l’architecte du projet, puisque, l’essentiel de l’investissement a pu être affecté, pour une fois, à ce qui se voit. »v
voir le projet
+