Petit pas de deux entre briques et tuiles pour le pôle danse et musique

Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)
Bâtiment tertiaire - Versailles (78)

#Nominé Architendance 2016

Dédié aux arts de la danse et de la musique, cet ensemble s’inscrit dans l’espace sans volonté de rupture. Les tonalités sont en harmonie avec l’environnement. L’approche de l’équipe concernant les enjeux de développement durable est intégrée. Chaque intervenant sur la conception en porte la responsabilité.

Petit pas de deux entre briques et tuiles pour le pôle danse et musique

Le ton clair de l’enveloppe de briques blanches moulées main s’intègre aux tonalités laiteuses à écrues des bâtiments voisins.

La volonté est de s’insérer dans une ambiance minérale existante, tout en soulignant l’équipement par sa présence volumétrique et une matérialité naturelle prégnante. Depuis les logements avoisinants, la toiture en pente de tuiles émaillées blanches offre à la vue une sculpture dansante et changeant de couleur sous les effets de la lumière du soleil.

Le gabarit constructible de la parcelle et la surface à construire génèrent un volume bâti très massif. Le projet s’intègre parfaitement dans cet espace. Le principe architectural retenu vise à marquer les verticalités. Les salles de danse sont lisibles dans le volume général de l’extension en se définissant par deux grands volumes en toiture. Le bâtiment réalisé s’inscrit dans ce contexte avec une hauteur moyenne par rapport aux bâtiments voisins.

Une minéralité accentuée par le ton. 

L’enveloppe de la construction nouvelle est en terre cuite de coloris clair (blanc-beige) : briques en façade et tuiles émaillées en toiture. La couleur du revêtement de façade et de toiture est proche (claire), afin d’offrir une lecture d’ensemble homogène. Un jeu de calepinage de briques (trois appareillages différents) anime les façades.

Avant tout recours à des dispositifs techniques performants, la conception générale de ce projet respecte un certain nombre de principes bioclimatiques/passifs, à savoir :

  • ossature poteau/poutre/dalles en béton armé, enveloppées d’une isolation thermique par l’extérieur, gages d’une excellente inertie ther-mique, au profit du confort thermique d’hiver et d’été ;
  • ventilations traversantes, grâce notamment aux doubles orientations quasi systématiques (voire triples pour certaines salles) profitant des vents dominants. Ventilations renforcées par les verrières ouvrantes en toiture des salles de danse ;
  • occultations des fenêtres par des stores brise-soleil verticaux extérieurs ;
  • forte compacité de l’édifice ;
  • bonne luminosité naturelle des espaces intérieurs.
Pour
résumer

// Programme : Extension du groupe scolaire Lully-Vauban et création du Pôle Danse et Musique du CRR

// Maîtrise d’ouvrage : Commune de  Versailles / Versailles Grand Parc

// Maîtrise d’œuvre : Joly&Loiret, architecte mandataire + Paysage + HQE

// Shon : 787 m² + rénovations 300 m² 

// Date de livraison : 2016

// Montant des travaux : 2,3 M€ HT

// Site : jolyloiret.com

Les projets similaires

Maison de Santé
#Grand Prix Spécial du Jury Architendance 2016 #BQ+A Bernard Quirot Architectes et Associés Leçon d’architecture Pour cette maison de santé située au pied de la colline éternelle de Vézelay, les contraintes liées à ce périmètre classé ont fait un naître un ensemble qui réinterprète sur un mode très contemporain les lignes et les couleurs de l’un des plus beaux villages de France.
voir le projet
+
Pôle éducatif
#2ème prix Architendance 2014 #Thierry GHEZA Dans cette toute petite commune, il s’agissait d’inscrire un bâtiment dédié à l’enfance sur un site aux architectures hétérogènes, avec comme impératif un toit en pente légère. « Notre idée a été de créer une liaison visuelle avec le paysage, un mur avec un toit qui fasse signe dans le village » explique l’architecte Thierry Gheza. « Cette insertion a été résolue grâce à l’emploi de tuiles en terre cuite qui apportent un relief et des couleurs modernes ».
voir le projet
+
La forêt faite école
Entouré de grands pins des Landes très élancés, le groupe scolaire semble presqu’enfoncé dans le sol sous les longs pans de ses toits en tuile rouge. L’impression est toute autre à l’intérieur, tant les volumes sont généreux et lumineux sous les rampants de toiture en bois blond. Saint-Aubin-de-Médoc est une commune résidentielle au coeur des Landes Girondines. Avec 2 700 hectares de forêt sur 3500 hectares de superficie totale, elle peut légitimement revendiquer le titre de « Village Nature ». Le choix de la municipalité de localiser le nouveau Groupe scolaire en bordure des 50 hectares de la Plaine des Sports est très judicieux. Ce voisinage permet de mutualiser les équipements. Les limites du terrain n’étaient pas définies de façon rigide et laissaient donc une grande marge de manoeuvre aux architectes. « Quasiment plat, avec une très bonne tenue du sol aux charges et sans présence d’eau, le terrain présentait des caractéristiques physiques et géologiques optimales pour la conception du projet, au profit d’une réflexion libérée sur l’intégration au site et l’usage, au bénéfice des enfants et des habitants de Saint-Aubin-de-Médoc. Bénéfice également financier, tient à souligner Éric Wirth, l’architecte du projet, puisque, l’essentiel de l’investissement a pu être affecté, pour une fois, à ce qui se voit. »v
voir le projet
+
Comme les ailes d'un oiseau
En Champagne, le Centre de Loisirs de Courtisols affiche une architecture originale. Sa toiture en forme d’ailes d’oiseau et sa façade en plaquettes, dessinée avec soin, en font un bâtiment marquant dans le centre du village. De centre, Courtisols n’en possède guère justement. Il fait partie de ces villages-rues dont l’implantation toute en longueur serait due à ses premiers habitants, les Huns. S’étendant sur 7 km, il est d’ailleurs le plus long village de France. Pour la commune, il s’agissait donc de construire, à côté de l’église, un bâtiment emblématique des cœurs de ville. D’où son architecture singulière qui affirme son statut d’édifice public.
voir le projet
+