Tuiles et briques en terre gasconne

COLLEGE
Tuiles et briques en terre gasconne
Collège - Montech (82)
Tuiles et briques en terre gasconne
Collège - Montech (82)
Tuiles et briques en terre gasconne
Collège - Montech (82)

Le projet du collège de Montech est riche de références : au Canal du Midi, à la forêt voisine, mais aussi à la brique rouge et à la tuile canal avec lesquelles le village est bâti. Il est aussi inscrit dans une démarche de haute qualité environnementale, ce qui n’est pas contradictoire !

Tuiles et briques en terre gasconne

Un bassin rectiligne a été creusé qui marque une barrière naturelle entre l’espace public et le collège et a permis de se passer de toute autre clôture sur la façade d’entrée. Dans l’axe du rond point de distribution des flux de véhicules, une large esplanade puis un pont parvis lancé sur ce canal. L’implantation altimétrique du collège, cour incluse, est à 1 m au dessus du terrain naturel. Ceci permet de créer une galerie technique et un vide sanitaire important pour le confort thermique. Avec les déblais du canal, un merlon de terre de 3 m de haut a été creusé en deçà de la limite sud de la parcelle pour protéger les habitations voisines, des nuisances du chantier – qui a été organisé rigoureusement en chantier propre – puis du bruit de la cour de récréation.

 

Viser la pérennité des matériaux nobles

Les murs extérieurs des volumes principaux sont élevés en brique Monomur de 37,5 cm d’épaisseur, recouverte d’un enduit à la chaux très clair, et ceci jusqu’au plancher haut de l’étage. S’y intercalent sur la façade d’entrée, des murs rideaux devant lesquels un jeu aléatoire de futs de bois ronds évoque un sous-bois. Orientée sud, la façade sur cour de ce même bâtiment est doublée d’une verrière qui permet de bénéficier d’apports gratuits en hiver. En été, elle est protégée par une casquette en zinc et surventilée. Captée au nord au niveau du plan d’eau du canal, l’air neuf circule dans le vide sanitaire avant d’être insufflé en bas de la verrière. Les toitures à deux pentes sont décollées des parallélépipède de maçonnerie par des rehausses de ventilation et des pignons en zinc. Leur couverture est en tuile terre cuite à emboîtement fortement galbées. La cuisine et la maintenance sont couvertes par des sheds en tuile de terre cuite qui prennent jour au nord.

Une distribution simple et rigoureuse

Le plan d’ensemble en U s’organise autour d’une cour ouverte au sud. L’aile Est, à simple rez-de-jardin, est occupée par l’atelier d’arts plastiques, la salle polyvalente, la cuisine et les locaux de maintenance. La salle polyvalente qui sert aussi de restaurant est construite en ossature bois sur une base en maçonnerie. Jusqu’à 3 m de haut, le parement intérieur des murs est en mulot de terre cuite pour en assurer la pérennité. Une galerie file devant cette salle et permet d’accéder à couvert à l’entrée du self-service.

Les locaux d’enseignement sont répartis sur les deux niveaux des ailes nord et est. C’est logiquement dans l’angle de cette équerre que l’on trouve, les circulations verticales, conciergerie et infirmerie au rez-de-chaussée et, à l’étage, l’administration, le foyer des professeurs et leur salle de réunion. L’enseignement scientifique occupe l’aile nord, l’enseignement général, l’aile ouest. Les salles de cours ouvrant à l’ouest, les circulations font tampon aux nuisances de la cour à l’est. Accolée à cette aile, le CDI est un volume autonome à double hauteur qui prend jour à l’est et au nord. Ses principaux locaux sont au rez-de-chaussée, mais une mezzanine donne accès à la coursive de l’étage. Le préau est dans l’angle rentrant de la cour et calé sur le CDI. Ovale et indépendant des autres bâtiments, le foyer des élèves y délimite différentes zones.

 

Pour
résumer

// Programme : collège 600 en démarche HQE®.

// Maîtrise d’ouvrage : Conseil Général du Tarn et Garonne.

// Maîtrise d’œuvre : Bernard Bourdoncle architecte.

// SHON : 4 000 m2.

// Date de livraison : septembre 2007.

// Montant des travaux HT : 7 M€.

// Matériaux de terre cuite : brique Monomur de 37,5 cm d’épaisseur – tuile à emboîtement fortement galbée – mulot.

// Entreprise de gros œuvre : Maison Heliès.

Les projets similaires

Petit pas de deux entre briques et tuiles pour le pôle danse et musique
#Nominé Architendance 2016 Dédié aux arts de la danse et de la musique, cet ensemble s’inscrit dans l’espace sans volonté de rupture. Les tonalités sont en harmonie avec l’environnement. L’approche de l’équipe concernant les enjeux de développement durable est intégrée. Chaque intervenant sur la conception en porte la responsabilité.
voir le projet
+
Maison de Santé
#Grand Prix Spécial du Jury Architendance 2016 #BQ+A Bernard Quirot Architectes et Associés Leçon d’architecture Pour cette maison de santé située au pied de la colline éternelle de Vézelay, les contraintes liées à ce périmètre classé ont fait un naître un ensemble qui réinterprète sur un mode très contemporain les lignes et les couleurs de l’un des plus beaux villages de France.
voir le projet
+
Pôle éducatif
#2ème prix Architendance 2014 #Thierry GHEZA Dans cette toute petite commune, il s’agissait d’inscrire un bâtiment dédié à l’enfance sur un site aux architectures hétérogènes, avec comme impératif un toit en pente légère. « Notre idée a été de créer une liaison visuelle avec le paysage, un mur avec un toit qui fasse signe dans le village » explique l’architecte Thierry Gheza. « Cette insertion a été résolue grâce à l’emploi de tuiles en terre cuite qui apportent un relief et des couleurs modernes ».
voir le projet
+
La forêt faite école
Entouré de grands pins des Landes très élancés, le groupe scolaire semble presqu’enfoncé dans le sol sous les longs pans de ses toits en tuile rouge. L’impression est toute autre à l’intérieur, tant les volumes sont généreux et lumineux sous les rampants de toiture en bois blond. Saint-Aubin-de-Médoc est une commune résidentielle au coeur des Landes Girondines. Avec 2 700 hectares de forêt sur 3500 hectares de superficie totale, elle peut légitimement revendiquer le titre de « Village Nature ». Le choix de la municipalité de localiser le nouveau Groupe scolaire en bordure des 50 hectares de la Plaine des Sports est très judicieux. Ce voisinage permet de mutualiser les équipements. Les limites du terrain n’étaient pas définies de façon rigide et laissaient donc une grande marge de manoeuvre aux architectes. « Quasiment plat, avec une très bonne tenue du sol aux charges et sans présence d’eau, le terrain présentait des caractéristiques physiques et géologiques optimales pour la conception du projet, au profit d’une réflexion libérée sur l’intégration au site et l’usage, au bénéfice des enfants et des habitants de Saint-Aubin-de-Médoc. Bénéfice également financier, tient à souligner Éric Wirth, l’architecte du projet, puisque, l’essentiel de l’investissement a pu être affecté, pour une fois, à ce qui se voit. »v
voir le projet
+