Création de 20 logements intermédiaires H&E

Habitat collectif - Val d'Oise
Habitat collectif - Val d'Oise
Habitat collectif - Val d'Oise
Habitat collectif - Val d'Oise

 #1er Prix Architendance 2016

#Augustin Faucheur 

Equilibre, modestie et élégance avec des toits très graphiques

« Notre volonté était de créer un ensemble contemporain facile à vivre qui s’intègre parfaitement dans cette zone pavillonnaire peu dense et assez végétale» explique l’architecte Augustin Faucheur.

Pari réussi pour cet ensemble de 20 logements H&E (Habitat et Environnement) dont la silhouette très minérale semble se fondre dans le paysage.

#1er Prix Architendance 2016

L’usage de briques claires pour toutes les façades permet aux bâtiments de se fondre dans la nature environnante. Mais c’est également la silhouette générale de l’ensemble, rythmée par les différents types de toitures qui participent à une impression d’épure et de tranquillité.

Les toitures en pente en tuiles plates de teinte sombre rappellent le caractère pavillonnaire du site tout en affirmant la modernité des bâtiments. Le projet trouve ainsi son équilibre entre modestie et élégance.

(crédit photos : Clément Guillaume)

Les projets similaires

Repère urbain
En Charente-Maritime, la brigade territoriale de Gendarmerie de Surgères est installée dans de nouveaux locaux. Un projet mixant locaux administratifs et logements individuels selon une architecture contemporaine et chaleureuse. Située dans un lotissement à la périphérie de la ville, la nouvelle caserne de gendarmerie devait être un équipement facile à repérer. Il s’agissait donc d’en faire un élément remarquable à travers une architecture forte mais néanmoins insérée dans le tissu pavillonnaire environnant. Autre contrainte essentielle : le projet comprend un bâtiment administratif et technique d’une part, et 14 logements d’autre part, deux entités distinctes à construire dans une même proximité sécurisée.
voir le projet
+
Coeur de village
voir le projet
+
60 logements sociaux
#1er prix Architendance 2014 #Maison Edouard François Ce bâtiment a pris place sur le site désaffecté d’une ancienne gendarmerie, derrière les tours et barres du plateau de Ris Orangis. Edouard François décrit ainsi la genèse : « Dans cette fin de ville, où seule la sortie était indiquée, la question de l’entrée est devenue obsessionnelle. La fuite centrifuge devait être inversée en une attraction centripète. L’entrée devait être réécrite : ainsi « l’Orange » de Ris est née. »
voir le projet
+
On l'appelle la tuile du faubourg
Sur une trame directement issue d’un passé horticole, parfaitement respectée, une opération de densification réussit à ne modifier en rien la perception depuis les rues que relient les deux venelles. Les petits immeubles en front sur rue sont conservés, simplement restaurés. Seul ajout, deux petites serres évoquent l’activité maraîchère et abritent les boîtes aux lettres.
voir le projet
+