Logements et locaux commerciaux

Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)
Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)
Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)
Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)
Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)
Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)
Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)
Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)
Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)
Habitat collectif - Plaisance-du-Touch (31)

#2nd prix Architendance 2014

#Société Taillandier

La réalisation de la place Bombail est un projet de renouvellement urbain majeur pour la ville de Plaisance-du-Touch.

A la croisée du secteur sauvegardé de la bastide ancienne et du tissu pavillonnaire, le règlement de la zone historique impose la brique en façade et la tuile canal en toiture.

#2nd prix Architendance 2014

Nous avons donc réinterprété les éléments vernaculaires de la région de manière contemporaine, pure et sobre » explique Pierre-Louis Taillandier. Et nous sommes allés jusqu’au bout de la démarche. Ainsi la toiture est totalement épurée, sans chéneaux (ils sont encastrés) ni gouttières visibles. C’est à la fois très contemporain et très traditionnel car à l’époque cela n’existait pas donc ne se voyait pas ».

Même démarche avec les façades, un bardage de briques qui fait référence à l’assemblage traditionnel du Moyen-Age avec ses colombages en bois et son remplissage en brique.

Ici la tuile canal est déclinée dans un nuancier de 4 tuiles chamarrées autour du vieux rose de la région, et donnent l’impression qu’elle sont là depuis toujours.

« Notre travail ne fait que révéler ce qui est existant, effacé, oublié, et qui ne demande qu’à ressurgir ».

Les projets similaires

Repère urbain
En Charente-Maritime, la brigade territoriale de Gendarmerie de Surgères est installée dans de nouveaux locaux. Un projet mixant locaux administratifs et logements individuels selon une architecture contemporaine et chaleureuse. Située dans un lotissement à la périphérie de la ville, la nouvelle caserne de gendarmerie devait être un équipement facile à repérer. Il s’agissait donc d’en faire un élément remarquable à travers une architecture forte mais néanmoins insérée dans le tissu pavillonnaire environnant. Autre contrainte essentielle : le projet comprend un bâtiment administratif et technique d’une part, et 14 logements d’autre part, deux entités distinctes à construire dans une même proximité sécurisée.
voir le projet
+
Coeur de village
voir le projet
+
60 logements sociaux
#1er prix Architendance 2014 #Maison Edouard François Ce bâtiment a pris place sur le site désaffecté d’une ancienne gendarmerie, derrière les tours et barres du plateau de Ris Orangis. Edouard François décrit ainsi la genèse : « Dans cette fin de ville, où seule la sortie était indiquée, la question de l’entrée est devenue obsessionnelle. La fuite centrifuge devait être inversée en une attraction centripète. L’entrée devait être réécrite : ainsi « l’Orange » de Ris est née. »
voir le projet
+
On l'appelle la tuile du faubourg
Sur une trame directement issue d’un passé horticole, parfaitement respectée, une opération de densification réussit à ne modifier en rien la perception depuis les rues que relient les deux venelles. Les petits immeubles en front sur rue sont conservés, simplement restaurés. Seul ajout, deux petites serres évoquent l’activité maraîchère et abritent les boîtes aux lettres.
voir le projet
+