Logements sociaux

à Cesson (Seine et Marne).
Catégorie logement collectif

2ème prix du Concours
La tuileterrecuite Architendance 2018
MDNH ARCHITECTES

80 logements sociaux à Cesson (Seine et Marne)
Avec sa toiture en pente, l’ensemble emprunte aux codes rassurants de l’habitat individuel.
Les pignons et la tuile plate couleur tabac font écho et prolongent les habitations du village.
Des terrasses tropéziennes créent de nouveaux espaces de vie extérieurs.
Les 80 logements de l’ensemble sont répartis entre quatre bâtiments inspirés du style des maisons traditionnelles.

2ème prix du concours La tuileterrecuite Architendance 2018

MDNH ARCHITECTES

La toiture crée le paysage

« Entre modèle individuel et collectif, la typologie hybride de cet ensemble de 80 logements propose une autre manière d’habiter la ville de petite taille. Placettes, jardins, espaces de jeux invitent les visiteurs à rencontrer les habitants de l’îlot » expliquent en préambule les deux architectes Marie Degos et Nicolas Hartung.

Les 80 logements de l’ensemble sont répartis entre quatre bâtiments inspirés du style des maisons traditionnelles. « Nous avons composé avec le traditionnel et le contemporain pour créer un dialogue entre le neuf et l’ancien » poursuivent les architectes. « La toiture en pente permet d’inscrire cet ensemble dans les codes de la maison individuelle. La volumétrie des toitures se décline suivant la position des corps de bâtiments et leur contexte, soit par de longues toitures percées de grandes terrasses, soit par un enchaînement de deux ou trois petites toitures perpendiculaires formant des façades ‘‘pignons’’. La tuile terre cuite plate se décline du noir contemporain au tabac, plus traditionnel pour les toitures proches du village » explique l’architecte Nicolas Hartung.

Crédit photos : Gaela Blandy

Les projets similaires

Logement collectif
Grand Prix du Jury                                    La tuileterrecuite Architendance 2018 Atelier BETTINGER DESPLANQUES
voir le projet
+
Repère urbain
En Charente-Maritime, la brigade territoriale de Gendarmerie de Surgères est installée dans de nouveaux locaux. Un projet mixant locaux administratifs et logements individuels selon une architecture contemporaine et chaleureuse. Située dans un lotissement à la périphérie de la ville, la nouvelle caserne de gendarmerie devait être un équipement facile à repérer. Il s’agissait donc d’en faire un élément remarquable à travers une architecture forte mais néanmoins insérée dans le tissu pavillonnaire environnant. Autre contrainte essentielle : le projet comprend un bâtiment administratif et technique d’une part, et 14 logements d’autre part, deux entités distinctes à construire dans une même proximité sécurisée.
voir le projet
+
Cœur de village
voir le projet
+
60 logements sociaux
#1er prix Architendance 2014 #Maison Edouard François Ce bâtiment a pris place sur le site désaffecté d’une ancienne gendarmerie, derrière les tours et barres du plateau de Ris Orangis. Edouard François décrit ainsi la genèse : « Dans cette fin de ville, où seule la sortie était indiquée, la question de l’entrée est devenue obsessionnelle. La fuite centrifuge devait être inversée en une attraction centripète. L’entrée devait être réécrite : ainsi « l’Orange » de Ris est née. »
voir le projet
+