On l’appelle la tuile du faubourg

Habitat collectif - Paris XXè (75)
Habitat collectif - Paris XXè (75)
Habitat collectif - Paris XXè (75)
Habitat collectif - Paris XXè (75)

Sur une trame directement issue d’un passé horticole, parfaitement respectée, une opération de densification réussit à ne modifier en rien la perception depuis les rues que relient les deux venelles. Les petits immeubles en front sur rue sont conservés, simplement restaurés. Seul ajout, deux petites serres évoquent l’activité maraîchère et abritent les boîtes aux lettres.

On l'appelle la tuile du faubourg

À l’intérieur de l’îlot, de part et d’autre des deux venelles deux alignements de petites maisons et, entre elles, un volume bâti qui joue à cachecache derrière un rideau végétal et des escaliers extérieurs. Ce volume est brisé pour s’adapter à la topographie. La végétation, des glycines, grimpe sur un échafaudage de tuteurs en bois. Pour assurer la reprise de cette végétation, une part significative du budget a été consacrée à l’apport d’une forte épaisseur de terre de qualité biologique certifiée.

Logement contemporain de tradition populaire

Plus adaptées à la vie familiale, les maisons de ville accueillent les grands logements. Alignées mais de hauteurs variables, elles se différencient par le traitement de leurs pignons : enduit parisien à la chaux, zinc ou cuivre à joint debout. Sur les appuis de fenêtres largement débordants, on retrouve les gros pots de fleurs en terre cuite qu’affectionne Edouard François. L’unité et la connivence avec le quartier sont données par le ruban de tuile rouge qui se déploie sur les toits à deux pentes et les héberge. L’architecte a choisi une tuile archétypale de l’habitat faubourien depuis la seconde moitié du XIXe siècle, celle que traditionnellement on appelle « tuile mécanique ». Une tuile à emboitement grand moule losangée à laquelle la couleur rouge franc confère une stimulante gaité.

Pour
résumer

/ Programme : 98 logements, 11 ateliers d’artistes, commerces, 52 places de parking.

// Maîtrise d’ouvrage : OPAC de la Ville de Paris.

// Maîtrise d’oeuvre : Agence Edouard François. Équipe : Christel Culos, Randa Kamel, Marika Lemper, Nicola Marchi, Julien Odile, Petra Pferdmenges.

// SHON : 1326 m2.

// Date de livraison : fin 2008.

// Montant des travaux HT : 10 M€.

// Matériau de terre cuite : tuile grand moule à emboitement losangée rouge.

// Entreprise générale : SICRA.

// Entreprise de couverture : Raymond (44).

Les projets similaires

Logement collectif
Grand Prix du Jury                                    La tuileterrecuite Architendance 2018Atelier BETTINGER DESPLANQUES
voir le projet
+
Logements sociaux
2ème prix du concours La tuileterrecuite Architendance 2018MDNH ARCHITECTES
voir le projet
+
Repère urbain
En Charente-Maritime, la brigade territoriale de Gendarmerie de Surgères est installée dans de nouveaux locaux. Un projet mixant locaux administratifs et logements individuels selon une architecture contemporaine et chaleureuse. Située dans un lotissement à la périphérie de la ville, la nouvelle caserne de gendarmerie devait être un équipement facile à repérer. Il s’agissait donc d’en faire un élément remarquable à travers une architecture forte mais néanmoins insérée dans le tissu pavillonnaire environnant. Autre contrainte essentielle : le projet comprend un bâtiment administratif et technique d’une part, et 14 logements d’autre part, deux entités distinctes à construire dans une même proximité sécurisée.
voir le projet
+
Cœur de village
voir le projet
+