Opération mixte dans le Doubs

HABITAT COLLECTIF
Habitat collectif - Franois (25)
Habitat collectif - Franois (25)

A Franois, commune proche de Besançon, ce programme de 26 logements sociaux, 20 collectifs et 6 maisons individuelles, affiche de hautes performances énergétiques. Grâce, notamment, à une enveloppe très bien isolée et recouverte de terre cuite.

Qualité environnementale, économies d’énergie et coût de construction maîtrisé, telles étaient les principales attentes du maître d’ouvrage. Lauréat du concours de maîtrise d’oeuvre lancé en 2006, Philippe Lelièvre a, dès l’esquisse, souhaité proposer une solution performante en matière d’isolation et de réduction de charges pour les locataires. Bien avant l’application de la RT 2012, le projet s’est donc orienté vers une solution d’isolation par l’extérieur pour atteindre un niveau de consommation de 51 kWh/m2/an.

Enveloppe homogène

« Le choix de l’isolation par l’extérieur nous a naturellement conduit vers une enveloppe en terre cuite, aussi bien pour la toiture que pour la façade, explique l’architecte. Les qualités intrinsèques du matériau (pérennité, absence d’entretien, esthétique…) ont contribué principalement à ce choix. »

Les immeubles collectifs se composent d’un socle préfabriqué en béton, un principe qui permet de réduire l’échelle urbaine côté jardins privatifs. Côté rue, les bâtiments présentent des façades plus affirmées. Le traitement de celles-ci au moyen de matériaux de bardages différents, petites tuiles plates terre cuite et panneaux translucides au droit des cages d’escaliers, permet de séquencer ces façades pour éviter un effet de masse.

Pour
résumer

// Programme : 26 logements locatifs sociaux.

// Maîtrise d’ouvrage : OPDHLM Habitat 25.

// Maîtrise d’œuvre et architecte : Philippe Lelièvre.

// Bet tce : Image et calcul.

// Entreprise de pose : Grisot SAS.

// SHON : 2 125 m2.

// Date de livraison : juillet 2010.

// Montant des travaux : 2,38 millions € HT.

Les projets similaires

Repère urbain
En Charente-Maritime, la brigade territoriale de Gendarmerie de Surgères est installée dans de nouveaux locaux. Un projet mixant locaux administratifs et logements individuels selon une architecture contemporaine et chaleureuse. Située dans un lotissement à la périphérie de la ville, la nouvelle caserne de gendarmerie devait être un équipement facile à repérer. Il s’agissait donc d’en faire un élément remarquable à travers une architecture forte mais néanmoins insérée dans le tissu pavillonnaire environnant. Autre contrainte essentielle : le projet comprend un bâtiment administratif et technique d’une part, et 14 logements d’autre part, deux entités distinctes à construire dans une même proximité sécurisée.
voir le projet
+
Coeur de village
voir le projet
+
60 logements sociaux
#1er prix Architendance 2014 #Maison Edouard François Ce bâtiment a pris place sur le site désaffecté d’une ancienne gendarmerie, derrière les tours et barres du plateau de Ris Orangis. Edouard François décrit ainsi la genèse : « Dans cette fin de ville, où seule la sortie était indiquée, la question de l’entrée est devenue obsessionnelle. La fuite centrifuge devait être inversée en une attraction centripète. L’entrée devait être réécrite : ainsi « l’Orange » de Ris est née. »
voir le projet
+
On l'appelle la tuile du faubourg
Sur une trame directement issue d’un passé horticole, parfaitement respectée, une opération de densification réussit à ne modifier en rien la perception depuis les rues que relient les deux venelles. Les petits immeubles en front sur rue sont conservés, simplement restaurés. Seul ajout, deux petites serres évoquent l’activité maraîchère et abritent les boîtes aux lettres.
voir le projet
+