Une peau de terre cuite

HABITAT COLLECTIF
Habitat collectif - Ecquevilly (78)
Habitat collectif - Ecquevilly (78)
Habitat collectif - Ecquevilly (78)
Habitat collectif - Ecquevilly (78)

#2ème prix architendance 2012

#ARC.AME architecture

Situés dans un quartier sensible, ces trois petits immeubles viennent rompre avec les bâtiments monolithiques qui les entourent. Habillés de terre cuite du premier niveau au faîtage, ils amènent une autre forme de langage architectural.

Une peau de terre cuite

Première opération d’une démarche globale de renouvellement urbain, ce programme de logements sociaux se devait d’être l’expression de l’avenir du quartier. Plutôt que des maisons en bandes ou de grands bâtiments collectifs, les architectes ont choisi un compromis original en réalisant trois immeubles collectifs de quatre étages, conçus sur le modèle des grosses maisons de ville.

Déclinaison contemporaine

Les volumes simples sont dessinés par deux pignons encadrant une enveloppe en terre cuite homogène : les tuiles plates du toit se prolongent en façade par des bardeaux de même couleur brun foncé. Le soin apporté au dessin de la jonction entre la toiture et les murs permet d’intégrer discrètement chéneaux et gouttières dans le gros œuvre. « Peu de matériaux permettent cette continuité de l’enveloppe, déclare Laurent Pezin. Et la terre cuite a l’avantage d’une finition à la fois chaleureuse et contemporaine. » Cette belle homogénéité se marie harmonieusement avec le blanc de l’enduit appliqué en pignon et au rez-de-chaussée. La deuxième peau permet aussi de faire varier la notion d’ouverture et de fermeture de la façade, préservant ainsi par des claustras l’intimité des loggias. Comme une résille protectrice…

Pour
résumer

// Programme : 32 logements collectifs.

// Maîtrise d’ouvrage : SA HLM Trois Vallées.

// Maîtrise d’ouvrage déléguée : Domaxis.

// Maîtrise d’œuvre : ARC AME Architecte mandataire, Laurent Pezin.

// SHON : 2 841 m2.

// Date de livraison : 2010.

// Montant des travaux : 3,3 millions € HT.

// Site : www.arcame.fr

Les projets similaires

Repère urbain
En Charente-Maritime, la brigade territoriale de Gendarmerie de Surgères est installée dans de nouveaux locaux. Un projet mixant locaux administratifs et logements individuels selon une architecture contemporaine et chaleureuse. Située dans un lotissement à la périphérie de la ville, la nouvelle caserne de gendarmerie devait être un équipement facile à repérer. Il s’agissait donc d’en faire un élément remarquable à travers une architecture forte mais néanmoins insérée dans le tissu pavillonnaire environnant. Autre contrainte essentielle : le projet comprend un bâtiment administratif et technique d’une part, et 14 logements d’autre part, deux entités distinctes à construire dans une même proximité sécurisée.
voir le projet
+
Coeur de village
voir le projet
+
60 logements sociaux
#1er prix Architendance 2014 #Maison Edouard François Ce bâtiment a pris place sur le site désaffecté d’une ancienne gendarmerie, derrière les tours et barres du plateau de Ris Orangis. Edouard François décrit ainsi la genèse : « Dans cette fin de ville, où seule la sortie était indiquée, la question de l’entrée est devenue obsessionnelle. La fuite centrifuge devait être inversée en une attraction centripète. L’entrée devait être réécrite : ainsi « l’Orange » de Ris est née. »
voir le projet
+
On l'appelle la tuile du faubourg
Sur une trame directement issue d’un passé horticole, parfaitement respectée, une opération de densification réussit à ne modifier en rien la perception depuis les rues que relient les deux venelles. Les petits immeubles en front sur rue sont conservés, simplement restaurés. Seul ajout, deux petites serres évoquent l’activité maraîchère et abritent les boîtes aux lettres.
voir le projet
+