Mosaïque de gris

HABITAT COLLECTIF
Habitat collectif - Hellemnes (59)
Habitat collectif - Hellemnes (59)
Habitat collectif - Hellemnes (59)
Habitat collectif - Hellemnes (59)

#1er prix architendance 2012

*#Coldefy&Associés

Dans ce quartier résidentiel de la périphérie lilloise, cet immeuble de 42 logements affiche clairement la couleur. Un panachage de tons gris pour une enveloppe homogène rythmée par le jeu des ouvertures.

Téléchargez le magazine n°12 de Terre d’Architecture – Special Architendance

Mosaïque de gris

Lorsque le promoteur CIRMAD décide de construire sur cette parcelle, il souhaite avant tout optimiser la surface habitable ; il s’agit à la fois de respecter son enveloppe financière et de densifier l’opération. Un défi pour les architectes qui ont à prendre en compte un environnement très hétéroclite avec un tissu urbain composé de bâtiments aux volumes divers. Le site du projet s’inscrit dans l’une des nombreuses friches du territoire de Fives et d’Hellemmes en plein renouvellement urbain gravitant autour du site Fives Cail Babcock, étudiée et développée par l’AUC.

La voie est bordée de petites maisons ouvrières en briques et il est indispensable de se conformer à l’alignement existant avec l’espace public afin de recréer une façade de rue.

 

Façade élancée

Le bâtiment s’implante à l’alignement de l’espace public tout en accrochant l’angle de la rue des Rogations et de la rue Ledru Rollin, il reconstitue le front-à-rue, élément indispensable dans l’organisation de ce tissu urbain. « L’intention de rétablir une échelle plus « urbaine » (gabarit R+5) tout en assurant l’intégration du projet dans son environnement (avec un bâtiment d’angle à R+2) amène à concevoir le bâtiment selon trois principes : verticalité, porosité et fragmentation des volumes », précise Isabel Van Haute.

Le bâtiment est un grand bloc qui s’organise selon des « failles » où viennent s’installer des loggias bénéficiant d’une orientation optimum ; éléments clés du projet, celles-ci permettent de « casser » l’horizontalité de l’ensemble.

Ainsi, quatre volumes se dessinent selon un rythme élancé. Variant en hauteur et en profondeur, la toiture accentue cette intention. Ses pans viennent s’incliner au niveau des étages du haut. Les baies, de tailles différentes, sont disposées de manière asymétrique sur la façade, ce qui participe à son animation.

 

Reflets de lumières

Un travail sur la matérialité vient donner sa force et sa texture à l’ensemble. Le traitement des façades s’appuie sur un contraste clair et élégant en confrontant teintes blanches et lumineuses et teintes anthracites minérales et expressives. Alors que les murs du rez-de-chaussée sont traités en béton blanc, donnant l’effet d’une « plinthe », le reste des façades est habillé de tuiles en terre cuite à pureau plat, dans des finitions mates et émaillées. Se déclinant selon quatre nuances de gris, ces tuiles créent un beau de jeu de brillances et de textures variées.

A l’angle de l’opération, un petit bâtiment de trois logements forme une excroissance qui vient s’insérer dans le prolongement de l’immeuble principal ; ses façades biseautées sont peintes en blanc, comme le fond des loggias et les rez- de-chaussée.

Pour
résumer

// Programme : 42 logements collectifs sociaux.

// Maîtrise d’ouvrage : CIRMAD.

// Maîtrise d’œuvre : Coldefy & Associés.

// Entreprise de pose : Inter Cheminée Toiture.

// SHON : 3 452 m2.

// Date de livraison : novembre 2012.

// Montant des travaux : 4,39 millions € HT.

// Site : www.coldefy-associes.com

Les projets similaires

Logement collectif
Grand Prix du Jury                                    La tuileterrecuite Architendance 2018Atelier BETTINGER DESPLANQUES
voir le projet
+
Logements sociaux
2ème prix du concours La tuileterrecuite Architendance 2018MDNH ARCHITECTES
voir le projet
+
Repère urbain
En Charente-Maritime, la brigade territoriale de Gendarmerie de Surgères est installée dans de nouveaux locaux. Un projet mixant locaux administratifs et logements individuels selon une architecture contemporaine et chaleureuse. Située dans un lotissement à la périphérie de la ville, la nouvelle caserne de gendarmerie devait être un équipement facile à repérer. Il s’agissait donc d’en faire un élément remarquable à travers une architecture forte mais néanmoins insérée dans le tissu pavillonnaire environnant. Autre contrainte essentielle : le projet comprend un bâtiment administratif et technique d’une part, et 14 logements d’autre part, deux entités distinctes à construire dans une même proximité sécurisée.
voir le projet
+
Cœur de village
voir le projet
+